Le souffre fait soufrir le vieux con !


Bon, évidemment si pour vous l'haurtografe, la seintaquse ne sont que des pertes de temps, des trucs qui ne servent à rien, passez votre chemin. Idem, si une crise de jeunisme aidant, vous trouvez le langage SMS tellement plus efficace. Ou si, en voyant la magnifique berline jaune Ferrari photographiée ci-dessus, vous vous dites: "C la R12 a kevin ki es monté sur narbone poure voire jenifer la frangine a jérémy vidal".


Pour les autres, trop tard! Oui, vous l'avez compris, vous êtes tombés au beau milieu d'une chronique de vieux con. Mais rassurez-vous, ça va être rapide, juste quelques lignes. Le vieux con, donc, n'a pas envie de se moquer des faiblesses des autres, de "stigmatiser" comme on dit aujourd'hui, mais en a plein le dos de voir en permanence la langue française massacrée dans bon nombre de textes consacrés au vin, singulièrement (pour des raisons que j'ignore) dans des textes consacrés au vin naturel.
Et, le vieux con, comme tous les gâteux de son espèce, en a particulièrement ras-le-bol de voir écrire "soufre" (oui, vous savez, le minéral, ce produit jaune, jaune comme "la R12 a kevin ki es monté sur narbone", etc…) avec deux F. Le vieux con, à force, ça le fait souffrir, mais là vraiment avec deux F! Jusque dans les pubs que les gros cons du pousse-caddie lui envoient pour faire de la retape dans sa boîte à lettres…


Parce que c'est quand même incroyable de passer sa vie à parler d'un produit et ne pas être foutu d'orthographier correctement son nom. Soufre, symbole chimique S, avec un seul F. Capito? Je ne sais pas moi, si vous vous intéressez au vin naturel, lisez Chauvet, comme je le conseillais il y a quelques jours; lui, il savait l'écrire le mot soufre! Et tant d'autres mots! Tous sauf un primate monosyllabique. Un délicat, un précis du Verbe.
Dans ce milieu, je me demande parfois si ce n'est pas devenu un snobisme d'estropier le Français; pour faire genre, d'jeun', branchouille… Sans parler, dans un autre registre, de ces pitres qui forcent leur nature, masquent leur accent pour nous sortir du "faut z'y goûter à c'p'tit saint-aubin", pour faire du cru, un peu comme Montebourg qui joue au paysan bourguignon devant les caméras*…
Je commets des fautes, comme tout le monde. Pas, je l'espère, au point de devenir inintelligible. L'orthographe est notre bien, notre patrimoine commun. C'est aussi grâce à ses règles que nous parvenons à communiquer, à échanger, à nous comprendre. Pourquoi ne pas faire un petit effort, lequel serait une façon de respecter son interlocuteur, ou son lecteur.


Pour en revenir au soufre, on va en profiter, au delà de l'orthographe, pour s'offrir un petit cours de révision pluridisciplinaire, utile à ceux que le vin et ses composants intéressent, ainsi que pour tous les vignerons de la ville.
Le soufre, donc, c'est cette poudre sèche, jaune R12 ou Ferrari, qui pique les yeux, surtout quand il y a du soleil. C'est le plus ancien pesticide connu (fongicide, acaricide), on le saupoudre (on dit poudrer) sur la vigne au printemps, au moment de la floraison notamment, pour la protéger de l'oïdium. Le terme consacré est "soufrer", on ne l'utilise que pour ça.
Le soufre peut être également mouillable, et associé à du cuivre, ce qui permet en plus de lutter contre le mildiou, une des autres vermines qui empêchent le vigneron de dormir. Contre ce même mildiou, on sulfate, ce qui signifie que l'on traite au sulfate de cuivre, autre pesticide (algicide et fongicide) fabriqué par neutralisation d'une solution de sulfate de cuivre avec de la chaux éteinte. Le mélange obtenu, baptisé bouillie bordelaise, est de couleur bleue. Oui, "bleus mé plu claire ke la 504 a jacky selui ka été sur Montpellier, com lé voiturs d'edf" (désolé, c'est juste un procédé mnémotechnique).
On soufre, donc, on sulfate, puis, on sulfite. Sulfiter, c'est ajouter de l'anhydride sulfureux (du SO2 quoi!), à une vendange, à un moût ou à vin. 
Voilà. Je sens déjà que le vieux con va un peu moins souffrir…




* Étonnant de voir, d'ailleurs, que Le petit Journal de Canal+ a gentiment retiré cette vidéo où Arnaud Montebourg était parfaitement ridicule.

Commentaires

  1. Après avoir contribué à l'avenir du vin, voilà le soufre se présente grâce à toi comme le grand défenseur de notre sacro-sainte ortograffe...

    RépondreSupprimer
  2. Notre adorable vieux ronchon eut pu profiter de ses quelques lignes pour préciser à l’intention des sceptiques que les propriétés justement antiseptiques du soufre sont connues depuis l’antiquité et, sans haine, ni violence, rappeler aux naturopathes du dimanche que la mention « Contient des Sulfites » ne signifie pas nécessairement « Vinifié à Fukushima par le Dr Mengele ». On survit.
    Parce qu’on a beau être adepte du vin le moins « traficoté » qui soit, il arrive qu’on soit gavé d’entendre dire tout et n’importe quoi par des gens souvent bien intentionnés, n’ayant pas toujours le mérite de maîtriser leur sujet.
    Sur ce, allez, je vais m’ouvrir une petite bouteille de rouquin sans gluten, moi…

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que le vieux con est un peu optimisse au sujet du soulagement de sa souffrance.
    #JDCJDR

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés