Vive l'alcool !


Vive l'alcool ! Ce titre est bien sûr une provocation. Une provocation stupide trancheront en cœur les moralistes français et les fayots qui pensent que c'est en leur léchant le cul qu'on parviendra à les raisonner. Vouloir raisonner un extrémiste, c'est aussi efficace que la luthomiction. En d'autres termes, autant pisser dans un violon…
N'empêche que je reviens une seconde sur nos chers (au sens de coûteux) prohibitionnistes, c'est une dépêche AFP du jour qui m'y incite. Elle relate les inquiétudes de François Bourdillon, le directeur général de l'INPES, l'Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé, selon lequel "la consommation d'alcool est particulièrement préoccupante chez les jeunes et notamment les jeunes filles". En cause, la prolifération des "beuveries-express", le binge drinking comme on dit dans d'autres cultures. "Il s'agit d'un phénomène anglo-saxon qui est en train de pénétrer la génération des 15-24 ans" souligne M. Bourdillon s'appuyant sur son dernier Baromètre Santé.


Moi qui ai mauvais esprit, je me demande si le directeur général de l'INPES ne nous administre pas une fois encore la preuve de l'inefficacité, pire des effets pervers de la loi Évin-Cahuzac, loi stupide, inepte, vicieuse, qui pousse l'inculture jusqu'à confondre le vin, esprit de notre civilisation, avec les distillats industriels. Tout dans le même sac de l'alcool, à l'anglo-saxonne, au lieu de préserver ce particularisme du vin qui introduisait à une certaine idée du savoir-boire.
Évidemment, au lieu de s'en rendre compte, les crétins moralistes et doctrinaires qui font mine de nous gouverner vont en tirer la conséquence inverse: "renforçons la loi Évin!"*


Ouf! Heureusement, le chant d'un merlot exotique m'oblige à abaisser mon drapeau du djihad alcoolique**. Fermons la parenthèse. Mais au fait, à propos d'alcool vous avez vu le détail de l'étiquette ci-dessus? Le titre alcoométrique volumique pour causer savant? 16% Vol.! Seize degrés comme on disait avant. Ça envoie du bois!
Ce merlot dont le nom fait un clin d'œil à un célèbre château médoquin naît très loin de la Gironde. Nous sommes en Andalousie, à mi-chemin (si l'on peut dire parce que dans ce coin, les chemins…) de Grenade et d'Almería. Dans une Andalousie qui n'ignore rien de la neige. Les vignes sont perchées sur la sierra de La Contraviesa, en vue de la sierra Nevada, jusqu'à 1368 mètres d'altitude.


El Canto del Mirlo est une des cuvées de Barranco Oscuro, propriété de la famille Valenzuela, rachetée petit bout par petit bout après de longues années d'émigration dans le nord, à Barcelone puis en France. Barranco Oscuro sent le travail. C'est suave et droit, avec beaucoup de mâche, et surtout (si j'arrive à arrêter de digresser!), c'est formidablement équilibré. 16% Vol., équilibré, vous vous dites "le type, il a peu forcé sur le merlot et le soleil andalou lui a cogné sur le casque". Ben, non.
Là, d'ailleurs, ce n'est plus le merlot que je bois mais le pinot noir. El Pino Rojo, Le pin rouge. Et vous savez ce qui est marqué sur l'étiquette?


Eh oui! Seize chevaux-vapeur! Pourtant, si celle que j'attends n'était pas amoureuse ce pinot atypique, je me torcherais la bouteille avec allégresse. Sans me soucier le moins du monde du titre de ce vin, moi qui justement n'aime pas "quand ça brûle"***.
Car vous l'avez compris, l'essentiel, c'est l'équilibre, l'harmonie. Peu importe ce qui est écrit sur la bouteille. On s'en fout de ce qui est écrit! On s'en tape aussi aussi des vinistas, des pom-pom girls du pinard**** qui vont vous raconter que ce sera forcément "sirupeux". Ce qui compte, comme toujours, c'est la sensation, votre sensation. Vous trouvez ça alcooleux, brûlant? Passez votre chemin même si l'étiquette annonce 12% Vol. On en connaît du douze qui cogne! Idem d'ailleurs si vous trouvez vert, âpre ce que vous avez dans le verre.
Faites-vous confiance. On est uniquement là pour se faire plaisir, donc…





* À cet égard, restons, a très vigilant, La Loi de Santé est en cours d'examen au parlement français, et les prohibitionnistes sont aux aguets (cf. ici et ici), épaulés par leur sbires, et écoutés par un Ministre bienveillant à leurs thèses. Lire ici et ici. Il existe aussi ce petit outil très pratique pour réveiller votre député et lui dire que vous pensez à lui.
** N'oublions jamais que c'est à la langue arabe que nous devons ce beau mot d'al-kohol.
*** Pour les petites natures, Barranco Oscuro produit également un petit vin de soif, une sorte de rouge andalou de toda la vida comme on dit en Espagne. Vino Costa, léger comme une plume! Il ne pèse que 14% Vol.…
**** Pour les reconnaître, c'est super facile. Il y a deux-trois ans, ils vous saoulaient avec la minéralité, maintenant, il ne parlent que de salinité.


Commentaires

  1. As-tu goûté la cuvée "1863" qui, je crois, est un assemblage grenache/Syrah?
    J'en avais trouvé une quille dans une épicerie espagnole à Lyon, "Iber y co", il y a quelques mois. Le vendeur, à qui j'avais fait confiance, m'avait promis monts et merveilles. Raté La bouche était dure, concentrée, "méchante" Pour un peu, cela m'avait fait penser au style qu'apprécie Parker. Evidemment, à 32 euros la boutanche, ça m'avait un peu refroidi. Après on s'était rincé avec un autre vin acheté au même endroit. Une bouteille du domaine Colonias des Galéon, au nord de Séville. Une quille à 8,50 euros, au jus glissant, qui nous avait emballé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense qu'il s'agit de la cuvée 1368 (l'altitude). Si ma mémoire est bonne, j'ai goûté un 2006, que j'ai trouvé imbuvable, dur et boisé, effectivement "à l'espaméricaine". Je ne sais pas si ils la font toujours mais ça n'a strictement rien à voir avec les bouteilles dont je parle ici.
      Il faudra lui dire de goûter ses vins à l'épicier…

      Supprimer
  2. Allez, envoie moi un échantillon de chaque, que je te fasse l'analyse de ces degrés. C'est un domaine parfois un peu olé-olé chez les espagnols.

    Et je te redis l'intérêt des vins de www.senoriodenevada.es

    @ bientôt

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés