Le bonheur sous scellés


Je ne sais pas si vous connaissez Sète et ses environs, mais on ne peut pas dire que la région soit réputée pour sa gastronomie. On y trouve un des plus beaux échantillonnages français de mangeoire à touristes, entre crevettes thaïlandaises et filets de poissons congelés. Le risque d'y manger un produit provenant de l'étang de Thau ou de la Méditerranée y frôle le zéro. Et comme je ne suis pas violent, je vous fais grâce des nectars (j'adore ce mot de beauf) servis pour arroser ces trésors de malbouffe qui permettent au Languedoc-Roussillon de pointer dans le tiercé de tête de la consommation de poissons et coquillages surgelés. Et qui contribuent au rayonnement gastronomique national. 


Ce week-end, certains d'entre vous le savent, dans un lieu magiquement improbable, un mas ostréicole de Bouzigues, nous sommes venus faire la cuisine. Avec des produits frais, un mélange de ce qu'offrent l'étang (huîtres, moules, daurades…) et les fermes du Sud-Ouest (cochon noir, bœuf de Chalosse, foie gras des Landes…). Des soirées à guichets fermés, autour de nourritures naturelles, respectées et de vins à boire, d'ici et d'ailleurs. Du bonheur, donc, le plaisir aussi d'accueillir des têtes connues, amies, pour se régaler.
Hier soir, vers 21 heures 30, le bonheur s'est transformé en cauchemar. Le service battait son plein. Nous avons eu droit, comme tous les restaurants qui avaient réussi à attirer du monde, à un descente de l'Hygiène et des Fraudes, escorté de pandores, qui a gravement troublé l'ordre public. Nous l'avons appris plus tard, un autre établissement, juste avant, avait été évacué.


Alors qu'une gendarmette s'inquiétait de ce que notre braise mette le feu aux algues de l'étang, les contrôleurs ont saisi une partie des poisons létaux avec lesquelles nous torturions nos clients. Se sont ainsi retrouvés sous scellés (photo du haut) dans notre chambre froide le très dangereux lard de Patrick Duler, de toxiques fromages de chèvre de la Montagne Noire et de terrifiants bocaux (stérilisés) de foie gras des Landes à l'ail de Cadours, malheureusement faits maison.
Quel soulagement de voir notre carte débarrassée de ces horribles produits! Un grand pas en avant pour la gastronomie et l'hygiène…


Je ne vais pas vous refaire un couplet sur les fonctionnaires chargés d'appliquer (avec une surprenante grille de lecture) la Loi, la plupart d'entre eux étaient relativement sympathiques, j'ai même senti une pointe de désolation dans les propos de l'un d'eux. Je ne vais pas non plus commenter cette phrase d'un contrôleur qui s'étonnait que nous n'allions pas acheter notre fromage chez Métro.
Mais ça m'amène à reparler des normes crétines qui détruisent à petit feu la gastronomie française. Loin de moi l'idée de dire qu'il faille travailler salement dans les restaurants, mais comme je l'avais expliqué ici, il est stupide de vouloir appliquer les normes d'hygiènes de l'industrie agro-alimentaire à un artisanat. Sauf à vouloir évidemment que cet artisanat disparaisse, et que l'on ne mange plus que des produits d'usine, dégueulasses, bourrés de saloperies mais aseptisés.


J'ai d'ailleurs été frappé, au lendemain de cette descente de la police du goût, de lire un communiqué de Presse triomphaliste du ministre de l'Agriculture annonçant que désormais les contrôles d'hygiène des restaurants seraient, à titre d'expérimentation, seraient rendus publics à Paris et Avignon. Regardez, c'est ici, vous découvrirez par exemple (comme me le faisait remarquer Jérôme Muffat-Méridol, le fondateur de Baladovore) que Le Grand Véfour n'obtient que la note acceptable, alors que les McDo de Paris ou d'Avignon se retrouvent eux tout tout au sommet du palmarès sanitaire, sécuritaire et font figure d'élèves modèles de la gastronomie française. Du grand n'importe quoi!
Quand cessera-t-on ainsi de confondre hygiénisme et propreté? Faudra-t-il attendre que l'on ait totalement suicidé la cuisine française artisanale en faisant (de façon consciente ou pas) le jeu des multinationales de la malbouffe? Va-t-on continuer à mettre le bonheur sous scellés?




Commentaires

  1. Quel foutage de gueule que cette gendarmette en short (que j'ai tenté de photographier en douce, mais sans succès) au milieu de ton happening festif pour de simples pots de foie gas dignes du marché noir des années 40 ! J'espère que cela n'a pas entamé le morale du repas pour le lendemain ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, au contraire, ça nous a regonfler. Et on a fait cent-vingt beaux couverts. Fermeture à 6h30 du matin.

      Supprimer
  2. Les mêmes, en version belge, viennent de tuer l'avant-dernier producteur de fromage de Herve au lait cru, seule AOP fromage belge...peuple dort en paix, la mère la vertu technocrate veille sur toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'en avais parlé ici: http://ideesliquidesetsolides.blogspot.fr/2015/05/leurope-on-va-en-faire-un-fromage.html

      Supprimer
  3. Ils sont sympa., sur l'étang de Thau, ils vous offrent l'animation en prime...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés