L'art de se tirer des balles dans le pied.


C'est un scandale! La filière du vin et des spiritueux ne respecte rien en France. J'ai presque envie de dire que son attitude est une insulte, un crachat, un bras d'honneur fait à la nécessaire solidarité sans laquelle la cohésion du pays est menacée. Comment les vignerons peuvent-ils se comporter ainsi, tel des factieux, refusant de rentrer dans le rang, de se mettre au diapason des réalités du moment?
Vous allez me dire, m'écrire, que j'exagère, mais enfin, ouvrez les yeux, les chiffres sont là: l'an dernier encore, en 2012, la filière vins et spiritueux française s'est offert le luxe d'exporter pour plus de onze milliards d'euros de bouteilles. Un chiffre d'autant plus scandaleux qu'il s'agit d'un nouveau record, en parfaite contradiction avec l'air du temps, un chiffre que l'on pourrait, que l'on devrait qualifier de provocation alors que la balance commerciale nationale est, elle, déficitaire de soixante-sept milliards d'euros.
Tous les citoyens responsables en sont conscients, il est temps que de mettre un terme à cet insupportable incivisme! Il est temps que cette filière rejoigne le troupeau de la bien-pensance et qu'à son tour elle sacrifie au Dieu tout-puissant de la Dette.
Heureusement, ceux qui lisent la Presse comme-il-faut, dépositaire tendance "Voix de son Maître" de la pensée officielle (celle qu'on ne peut ni discuter ni réfuter sous peine de procès en hérésie) savent que des sauveurs de la Patrie ont trouvé un remède à cette infamie. Je ne vais pas entrer dans les détails, ma camarade Louise Massaux en parle bien mieux que moi: un rapport commandé au début de l'année au psychiatre et addictologue Michel Reynaud redonne de l'espoir à ceux qui croient à la lutte contre les injustices. Saluons d'abord celle qui a commandé ce rapport: Danièle Jourdain-Menninger, professeure certifiée d’histoire et de géographie, ancienne (comme ce brave monsieur Cahuzac) du cabinet Évin, nommée le 12 septembre dernier, présidente de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt), sous l'autorité de Jean-Marc Ayrault. Le rapport en question vient d'être rendu, si vous voulez "monter dans les tours", lisez-le ici; vous verrez, on n'y apprend pas grand chose de nouveau, mais au niveau des excitants, ça remplace avantageusement le café.
Le vaillant professeur Reynaud a donc remis son rapport, une source d'espoir affirmais-je plus haut, vous le découvrirez au fil des pages. Pour ma part, au delà des taxes, de la répression et des entraves, je n'en retiendrai qu'une proposition, une des plus géniales et qui devrait permettre de remettre au pas la filière vins et spiritueux française en lui interdisant toute communication, sous une forme ou une autre, sur Internet. En les coupant du Monde, et donc de leurs maudits clients. Parce qu'il est temps que ça cesse! Il est temps que les "empoisonneurs", les vendeurs de drogue liquide grossissent les rangs de Pôle Emploi et contribuent enfin au record historique du chômage tricolore.
Bien, assez rigolé. Ce "paradis" totalitaire géré par la police de la Pensée, ce "meilleur des Mondes" que nous promettent tout ces gens qui ne veulent que notre bonheur et qui nous parlent comme des instits à des gamins de Maternelle, je les emmerde, je les conchie. D'autant que je sais où ils finissent, en général: dans la dépression et les molécules pharmaceutiques qui la "soignent". Mais, c'est bien joli d'en parler, encore faut-il agir. Une des premières choses à faire consiste à signer la pétition qui se trouve au bout de ce lien et qui s'adresse au Ministre de l'Agriculture. Parce qu'il serait temps que la fonctionnocratie comprenne que l'Avenir d'un pays se construit davantage en créant qu'en réfrénant,  et surtout pas en cultivant l'art de se tirer des balles dans le pied.




Commentaires

  1. Les préconisations de ce rapport sont tellement débiles qu'il vaut mieux rester vigilant et garder le fusil sous la main : elles risquent d'être en partie appliquées. ça me rappelle une autre absurdité du même genre : l'interdiction d'organiser des dégustations de vin à l'Université de Montpellier I qui prépare au diplôme d'Oenologue... Qui a dit que la connerie humaine donnait une idée de l'infini déjà ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est même tellement débile qu'on se demande si il y a vraiment une chance pour que ça voit le jour...

      Supprimer
  2. Tout ce soviétisme ... alors que (page 53) seulement "3.4% des adultes sont dépendants à l'alcool",
    que "la proportion de consommateurs quotidiens a nettement diminué dans les années 2000" (page 29),
    que les jeunes sont -forcément- un problème (surtout dans une France étriquée et immobile), car ils se bourrent la gueule (désolé, on appelle ça maintenant : Alcoolisation Ponctuelle Importante -API) alors qu'il n'y a aucun lien entre addiction et API (ou alors je l'ai raté- faut dire que beaucoup de choses sont noyées dans le rapport, soit à dessein soit par incompétence...) pourtant c'est un rapport sur l'addiction non ? et puis "leur consommation est mal évaluée d'un point de vue sanitaire" (page 10). En clair c'est un vrai problème mais ne on sait pas trop pourquoi. Les mots "jeune/jeunesses" sont pourtant cités 94 fois (!!!) dans le rapport... normal.

    M'enfin bon, des médecins qui préconisent des augmentations fiscales dans un rapport alibi, sur mesure, alors qu'il y a baisse de la consommation, baisse de la consommation quotidienne (donc de l'addiction), que les jeunes nous emmerdent d'être jeunes,
    c'est vachement logique, et c'est vachement français.

    (mais entre nous, rien de nouveau, l'augmentation de la fiscalité sur l'alcool, il y a des articles, dossiers de presse, déclarations etc régulièrement depuis quelques années donc ça se fera tôt ou tard. On nous prévient, on nous conseille en quelque sorte de s'habituer à l'idée que alcool = mal (et aussi que jeunes = problèmes ... pour les vieux).

    Tom B.

    RépondreSupprimer
  3. Mais comment fais-tu pour trouver des photos de "une" aussi parlantes ? Tu réalises toi-même dans un studio ? Ou dans ta cuisine entre deux cuissons ?
    Soyons sérieux : j'aimerais bien que l'on m'explique comment ils empêcheront de causer pinard sur nos blogs...

    RépondreSupprimer
  4. Je dirais même plus, cher Forgeron : j’aimerais bien que l’on m’explique comment on va nous empêcher de piner ces connards sur nos blogs !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés