lundi 4 septembre 2017

Fuck Walt Disney !


Il ne s'écoule pas une journée sans larmes de crocodile. Ici, on pleure sur un panda, là, on chouine sur les toros. À Paris, des dégénérés ont même lancé une pétition* pour sauver les pauvres rats que les méchants employés municipaux exterminent et qui leur rappellent Ratatouille. Pendant ce temps, aux quatre coins de la planète, des enfants, des petits d'Homme, crèvent de faim, de maladie, tombent sous les balles, sont déchiquetés par des bombes, écrasés par des "camionnettes folles".
Ras le bol de cette sensiblerie débile**, de cette outrancière, de cette obscène émotivité à géométrie variable! Quelle hypocrisie que la culture Walt-Disney complaisamment déversée, via notamment la boîte-à-cons! Cela me rappelle ma correspondante américaine, quand j'étais collégien; elle arrivait de l'Iowa profond, s'étonnait qu'on ne vende pas en France ses hamburgers quotidiens et avait failli faire un malaise à table quand était arrivée une belle poêlée de truites noires fraîchement attrapées à la main par mon père. Pourquoi? Parce que, comme il se doit, elles avaient été cuites entières, avec la tête. Elle, la malbouffeuse hyperprotéinée, la droguée de la bidoche, allait manger non pas de la viande ou de la chair de poisson, mais un animal mort, un cousin de Bambi et de Donald***.


Donc, histoire de revenir sur terre, loin de Walt Disney et de ses petits oiseaux, j'ai décidé de vous emmener visiter un restaurant, chic au demeurant, installé depuis peu à Albi, tout contre le marché couvert, à deux pas de la cathédrale Sainte-Cécile. Il s'appelle La bonne Maison, et se consacre principalement à la viande locale, sous toutes ses formes. Pour la décoration, plutôt que de se lancer dans l'exposition de tableaux de peintre-cheminots comme on le voit trop souvent, les propriétaires (que j'aime beaucoup) ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Enfin, de montrer au clients ce qu'ils vont manger. Cela froisserait sûrement la sensibilité de ma pudibonde correspondante américaine, mais moi, ça m'ouvre l'appétit! Fuck Walt Disney!




* Je ne plaisante pas, la pétition a été lancée l'hiver dernier par une psychologue parisienne, elle a rassemblé plus de vingt-cinq mille signatures et reçu une tonnes de messages de soutien alors que la capitale française connait sa pire invasion de rats depuis des décennies. C'est tellement grotesque que désormais même les Anglais de moquent de nous, comme dans cet article sorti hier dans The Telegraph.
** Attachez-vous au sens premier de cet épithète.
*** Bambi & Donald, ça me rappelle quelques beaux repas de vacances…




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire